Les enfants de Shûtka

P1020187
 
Shûtka est, rappelez vous, la seule ville Rom du monde. C’est la seule aussi a avoir adopté le romani comme langue officielle. Elle a été crée en 1963 ,suite au tremblement de terre, pour reloger « décemment » les roms qui avaient perdu leurs logements. Cette ville a pour Maire Elvis Bajram, le fils de l’ancien Maire. Mais si celui ci a toute les fonctions d’un maire on peu dire qu’il n’a pas les qualifications pour. Sa sympathie est son plus grand atout.  Mais par exemple une mosquée et des classes supplémentaires pour l’école secondaire sont en construction depuis longtemps et devrais être finis mais les travaux n’avancent plus. En Mars on lieu les élections, j’ai hâte de voir ça.
Quand vous entrez pour la première fois dans Shûtka cela a des airs de marché avec des échoppes partout et nul part. Chacun vend quelque chose. Ensuite vous vous égaré de la rue principal et ce qui est le plus choquant c’est qu’une maison immense et magnifique peu côtoyer un taudis. Les différences  de niveau de vie sont flagrantes. Dès qu’on possède de l’argent ici il faut le montrer. De plus a shûtka les rue sont en terre: terre+eau = Boue. Je connaissais la boue avant, bien sur comme tout le monde me dirais vous mais quand la boue entre dans votre quotidiens c’est différent. Bien que pas grave c’est le problème number one des maisons. Souvent des tapis servent à s’essuyer les pied (mais si préalablement vous n’avez pas passé 5 bonne minutes sur un coin de marche a enlever le plus gros le tapis est inutile). Les tapis: la première chose que je vois quand je commence ma journée.
 
Je travaille dans 2 centres pour enfants, Nadez ( qui signifie espoir) et le Daily center (centre quotidien). Ces centres sont financés par des subventions de la croix rouge et de l’Allemagne pour le premier et uniquement  par un centre commercial pour le second. Aucunement par les municipalités de Shûtka ou Skopje. Ils accueillent les enfants lorsque ceux ci ont finis leur journée d’école. En Macédoine les enfants ont une demi-journée d’école, ils alternent entre le matin et l’après-midi, une semaine sur deux. Un peu comme en Allemagne, la différence est qu’ici le temps libre n’est pas consacré aux sports ou aux arts mais à fréquenter les Kafana ( restaurant traditionnel avec orchestre)  Les deux centres sont très différents pour moi.
Je travaille à Nadez le mardi et le jeudi de 10h à 16h , l’équipe d’animation est au complet maintenant. Composée de 3 français et 2 allemandes ultra motivé(e)s. On a commencé à programmer mille et une activités. Ils ont pas mal de matériel ce qui est très appréciable. Les enfants à Nadez ont entre 6 et 16 ans. Ce ne sont pas des enfants de la rue mais ce ne sont pas non plus des enfants de classe moyenne. Pour donner une idée concrète ceux ci ont tout de même l’eau chez eux et des vêtements propre ( contrairement aux enfants du Daily center) . La communication n’est pas facile mais certains animateurs parlent Macédonien ce qui facilite les activités. Cependant j’ai plus de difficulté à être comprise, les relations sont moins spontanées que dans l’autre centre.
 
Parlons du Daily center ! J’y travaille le lundi, mercredi et le vendredi de 10h à 14h. Les journées sont courtes mais d’une intensité olympique ! Dans ce centre les enfants sont divisés en 3 groupes, non par âge mais par « capacité ». Un enfant de 7 ans peu être au même niveau qu’un enfant de 4 ans par exemple. Une journée type pour moi est pour l’instant comme ça: je vais dans le groupe des « plus petits », les aides à faire leurs devoirs ( le plus souvent des lettres à reproduire ), ensuite nous réalisons l’activité qu’on a préparé, puis pause café et enfin jeu dans la cour. Personnes ne te dis quoi faire, car tu es utile partout.
Concernant les activités, il n’y a pas de matériel au Daily center, ou très peu. Nous devons tout apporter c’est pour cela qu’on compte beaucoup sur l’ambassade Française que nous allons voir la semaine prochaine. Celle ci a eu connaissance de ce que nous faisions et a proposée de nous aider si nous rédigions clairement ce dont nous avons besoin, pourquoi et le budget pour réaliser tout cela.  
Je travaille avec Robin et Mathias, 2 français, mais aussi les encadrantes du centre. Elles sont 4, pour 100 enfants. La condition pour qu’un enfant soit accepté au centre est qu’il aille à l’école et qu’il ne travaille pas ( j’entend par la faire la manche). Le matin ils prennent leurs douches et leurs petits déjeuné au centre. Ils sont aussi soignés si nécessaire par le centre. Les enfants sont adorables. Ils font d’énorme câlin tout le temps. Au Daily les  journées passent vite car on ne sais ou donné de la tête, tout les enfants te réclame. Dès le premier jour j’ai été accueilli comme quelqu’un de « spécial », je pense pas que les enfants aient conscience de se qu’ils m’apportent, pour eux je dois tout simplement être une française qui les diverties et leurs apportent un peu d’amour et beaucoup d’attention. En tout cas je me sens utile et c’est agréable.
 
 
Les photos mis en ligne en même temps que cette article ont été prise au Daily center vendredi 24 janvier.
Publicités

5 réflexions sur “Les enfants de Shûtka

  1. superbe photo et article, je suis très contente que ça te plaise… ça te fera une magnifique expérience :) profite à fond !
    gros bisous !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s